aiguille


aiguille

aiguille [ egɥij ] n. f.
XVe; aguille XIIe; bas lat. acucula, dimin. de acus aigu
I
1Fine tige d'acier pointue à une extrémité et percée à l'autre d'un chas où passe le fil. Aiguille à coudre, à repriser. Étui à aiguilles. Aiguilles de machine à coudre. « Suzanne mouilla le fil entre ses lèvres, prit l'aiguille et l'enfila » (Duhamel). Pousser, tirer l'aiguille. Travail, point, dentelle à l'aiguille. Travaux d'aiguille.
Loc. De fil en aiguille. Vx (Disputer) sur la pointe d'une aiguille, sur des pointes d'aiguille, sur des détails sans importance et avec une subtilité excessive. Chercher une aiguille dans une botte de foin, une meule de foin, une chose impossible à trouver.
2Par ext. Aiguille à tricoter : tige de métal ou de matière plastique, soit pointue aux deux extrémités, soit à pointe et à tête, servant à confectionner un tricot à la main. — Chir. Tige métallique effilée, creuse ou pleine, droite ou courbe, servant aux injections, aux sutures. Aiguille hypodermique, ajustée à l'extrémité d'une seringue. Aiguille pour micro-injection ou MICRO-AIGUILLE n. f. Aiguilles d'acupuncteur.
3Tige ou lame métallique terminée en pointe. Les aiguilles d'une pendule, d'une montre, qui tournent sur le cadran (petite aiguille, grande aiguille et trotteuse). Dans le sens des aiguilles d'une montre. Aiguille de cadran solaire. style. Aiguille d'un appareil enregistreur, d'une balance. index. L'aiguille aimantée d'une boussole. Aiguille affolée. Anciennt Aiguille de phonographe (remplacée par le saphir), de fusil (remplacée par le percuteur).
4(1819) Portion de rail mobile servant à opérer les changements de voie; dispositif d'aiguillage.
IIPar anal.
1Monument terminé en pointe au sommet. Aiguille d'un clocher. 1. flèche. « Médine aux mille tours, d'aiguilles hérissée » (Hugo).
2Sommet rocheux effilé de certaines montagnes de type alpin, séparées par d'étroits couloirs très escarpés. dent, 4. pic. L'aiguille Verte du massif du Mont-Blanc.
Pointe rocheuse. « des aiguilles et des escarpements » (A. Gide).
3Nom usuel de plusieurs coquilles pointues (turritelle, cérite, etc.), et de plusieurs poissons allongés (orphie, syngnathe, etc.).
Talons aiguilles.
4L'un des deux types de feuilles des conifères ( aciculaire). Des sentiers « tout glissants d'aiguilles sèches » (A. Daudet). Aiguilles de pin.

Aiguille tige droite (parfois circulaire) utilisée par paire pour tricoter.

aiguille
n. f.
rI./r
d1./d Tige de métal petite et mince, pointue à un bout et percée à l'autre d'un chas où l'on passe le fil qui sert à coudre. Enfiler une aiguille.
|| Loc. fig. De fil en aiguille: en passant d'un propos à un autre; une chose en entraînant une autre.
|| Loc. fig. Chercher une aiguille dans une botte de foin: chercher une chose difficile à trouver au milieu de nombreuses autres.
d2./d Tige longue et mince. Aiguille à tricoter.
d3./d Fine tige métallique creuse, terminée en pointe, utilisée pour les injections et les ponctions.
Aiguille d'acupuncture, ne comportant pas de canal.
d4./d Fine tige qui se déplace devant le cadran d'un appareil de mesure et qui sert d'index. Aiguilles d'une montre. Aiguille d'un baromètre. Aiguille aimantée d'une boussole.
rII./r
d1./d Sommet très aigu d'un massif montagneux.
d2./d Partie d'un monument se terminant en pointe très aiguë.
d3./d CONSTR Tige boulonnée reliant deux éléments de charpente.
d4./d TECH Roulement à aiguilles: roulement constitué de cylindres de faible diamètre.
d5./d Feuille étroite et pointue d'un conifère. Aiguilles de filao.
d6./d Aiguille de mer: orphie.
d7./d (Liban) Aiguille de poisson: arête de poisson.

⇒AIGUILLE, subst. fém.
Objet se terminant en pointe effilée.
I.— [Terme désignant des obj. pointus, fam. notamment à l'usage des femmes, ou appartenant à de petits appareils usuels]
A.— [Obj. empl. notamment par les femmes]
1. COUT. Tige, généralement métallique, dont l'une des extrémités est effilée, l'autre percée d'un trou (le chas), utilisée dans les travaux de couture, de broderie, de tapisserie, etc. :
1. Son père était relieur (...) Jean fut un petit enfant chétif que sa mère nourrissait tout en cousant les livres, feuille à feuille, avec l'aiguille courbe.
A. FRANCE, Les Désirs de Jean Servien, 1882, p. 1.
2. Je n'imaginais pas qu'il y eût plusieurs façons d'enfiler une aiguille. Mais celle-ci n'a pas de chas. C'est seulement un éclat très fin et long d'une plante textile très résistante. L'extrémité opposée à la pointe est assouplie, décomposée en filaments, qui, tressés avec le fil, l'entraînent à la suite de l'aiguille.
A. GIDE, Le Retour du Tchad, 1928, p. 885.
Aiguille de voilier. ,,Il s'agit d'une aiguille très grosse, qui sert à coudre les voiles et les toiles épaisses ...`` (LE CLÈRE 1960) :
3. Pendant cette semaine, Pencroff, aidé par Harbert, qui maniait habilement l'aiguille du voilier, travailla avec tant d'ardeur, que les voiles de l'embarcation furent terminées.
J. VERNE, L'Île mystérieuse, 1874, pp. 323-324.
a) Par métaph. :
4. Ses compliments cachaient les petites aiguilles fines d'une intention épigrammatique.
G. SAND, Histoire de ma vie, t. 4, 1855, p. 39.
b) P. méton., arg. des jeux. Carte aiguillée (cf. aiguiller A 3) :
5. La carte ainsi disposée [cornée de façon à dépasser les autres] s'appelle l'aiguille. Elle conduit au pont la main (...) comme une aiguille de chemin de fer conduit un train sur telle ou telle voie.
L. RIGAUD, Dict. du jargon parisien, L'Argot ancien et moderne, 1878, p. 7.
Rem. L'anal. avec l'aiguillage de ch. de fer paraît fantaisiste.
♦ ,,Aiguille (...). Signe que l'on fait sur les cartes pour tricher au jeu`` (G. DELESALLE, Dict. argot-français et français-argot, 1896, p. 7).
Rem. 1. Les mêmes termes sont naturellement utilisés quand le travail est exécuté par des hommes (couturiers, tailleurs, etc.). 2. Syntagmes fréq. ouvrages, tapisseries à l'aiguille; aiguille de couturière, de chirurgien; aiguille à broder, à coudre, à repriser, à brider, à larder, à piquer; aiguille courbe; enfiler une aiguille; manier, pousser, tirer l'aiguille; aiguille d'acier. Autres syntagmes aiguille d'ivoire (Ch.-A. SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 1, 1834, p. 73); aiguille de buis (É. MOSELLY, Terres lorraines, 1907, p. 178); aiguille de bois (É. MOSELLY, Terres lorraines, 1907, p. 13); aiguille d'os (ALAIN, Propos, 1924, p. 608); aiguille d'une machine à coudre.
c) Loc. proverbiales.
Chercher (ou vouloir retrouver) une aiguille dans une botte (une meule ou un tas de foin ou dans la rivière). Vouloir réaliser une chose extrêmement difficile :
6. Autant valait chercher une aiguille dans la rivière que de chercher dans Paris une femme soupçonnée d'aller au bois de Vincennes...
H. DE BALZAC, Splendeurs et misères des courtisanes 1847, p. 123.
P. allus. à l'Évangile. Vouloir faire passer un chameau par le trou d'une aiguille. Vouloir réaliser une chose (quasi) impossible :
7. Quoi pourtant de plus lumineux que la parole de l'évangile? Il saute aux yeux des plus myopes que « faire passer un chameau par le trou d'une aiguille » est l'équivalent oriental de « prendre la lune avec ses dents », ou de quelque image analogue dont l'énorme absurdité tend à exagérer l'impossible.
A. GIDE, Journal, 1928, p. 898.
De fil en aiguille. De propos en propos, par le jeu naturel des associations d'idées ou de l'enchaînement des faits; d'une chose à une autre qui lui fait suite. Il nous a raconté toute l'histoire de fil en aiguille; de fil en aiguille, ils en vinrent jusqu'à se quereller (Ac. 1798-1932) :
8. — Si je savais faire des surprises, mon lieutenant, comme on en fait dans les livres, et faire attendre la fin d'une histoire en tenant la dragée haute aux auditeurs, et puis la faire goûter du bout des lèvres, et puis la relever, et puis la donner tout entière à manger, je trouverais une manière nouvelle de vous dire la suite de ceci; mais je vais de fil en aiguille, tout simplement comme a été ma vie de jour en jour...
A. DE VIGNY, Servitude et grandeur militaires, 1835, p. 105.
Faire un procès (ou disputer) sur la pointe d'une aiguille. ,,Contester sur un objet sans fondement, ou de nulle conséquence`` (Ac. 1798), ,,élever une contestation sur un très léger sujet`` (Ac. 1835-1932).
Fournir quelqu'un de fil et d'aiguille. ,,C'est-à-dire, de tout ce qui lui est nécessaire, pourvoir à tous ses besoins.`` (J.-F. ROLLAND, Dict. du mauvais langage, 1813, p. 5).
Elle ne sait pas faire un point d'aiguille. ,,Se dit d'une fille ignorante et paresseuse, d'une véritable idiote.`` (J.-F. ROLLAND, Dict. du mauvais langage, 1813, p. 5).
2. Tige métallique ayant pour fonction de piquer, de percer ...
a) TRICOT. Aiguille à tricoter.
b) TOILETTE FÉM. Aiguille de tête (vx). Épingle à cheveux :
9. Elle croise sur ses pieds nus des bandelettes légères, et rassemble sur sa tête, avec une aiguille d'or, les tresses parfumées de ses cheveux.
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Les Martyrs, t. 1, 1810, p. 148.
B.— PETITE MÉCAN. DE PRÉCISION. Tige métallique faisant partie d'un objet fabriqué et destinée à enregistrer un phénomène physique, à donner une indication quantitative ... :
10. Et, avec un petit appareil qui tient de la boussole et du chronomètre, Renault prend la pression de mes artères, et l'aiguille marque vingt. C'est trop.
J. RENARD, Journal, 1909, p. 1230.
Par métaph. :
11. Quand les malheurs sont très loin dans l'avenir, c'est moralement l'infini, et l'aiguille de l'angoisse reste à zéro.
J. ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, Le 6 octobre, 1932, p. 69.
12. De son beau-père, Jean Paleyzieux avait hérité avec le siège, à défaut d'autres grands mérites, une habileté manœuvrière et un opportunisme qui lui permettaient de se trouver toujours placé au point même vers lequel allait tourner l'aiguille de la boussole politique.
DANIEL-ROPS, Mort, où est ta victoire? 1934, p. 391.
Rem. Syntagmes fréq. aiguille d'une montre; dans le sens des aiguilles d'une montre; aiguille trotteuse, aiguille des minutes, des secondes, la grande, la petite aiguille; aiguille d'une balance, d'une boussole, d'un baromètre, d'un compte-tours, d'un manomètre (notamment de locomotive de ch. de fer); aiguille aimantée, électrique; aiguille de déclinaison, d'inclinaison ... Noter aussi aiguille à secondes (H.-F. AMIEL, Journal intime, 1866, p. 292).
II.— P. anal. Objet pointu d'usage ou de forme analogues aux précédents.
A.— DIVERSES TECHNOL. Outil, ou élément d'un dispositif technique.
1. [Outil]
a) Arg. milit. Aiguille à tricoter les côtes (G. DELESALLE, Dict. argot-français et français-argot, 1896, p. 7), ,,épée, fleuret.`` (G. DELESALLE, Dict. argot-français et français-argot, 1896, p. 7). Aiguille ,,(...) baïonnette.`` (A. DAUZAT, L'Argot de la guerre, 1918, p. 241).
Arg. des voleurs :
13. Aiguille. Clé. Terme dont se servent les voleurs de campagne.
F. VIDOCQ, Les Voleurs, 1836, p. 6.
14. [Le voleur de billet contenu dans une enveloppe] prendra un fil de fer aplati (...) il commencera à faire tourner doucement son aiguille [outil] (...). Ces agissements (...) portent le nom de vols à l'aiguille.
HOGIER-GRISON, Les Hommes de proie, Le Monde où l'on vole, 1887, p. 164.
Arg. des fumeurs d'opium. ,,Aiguilles (...) instruments d'acier longs de 15 à 20 centimètres (...) pour assujettir la boulette d'opium.`` (SANDRY-CARR. Drogue 1963, p. 215).
b) B.-A. Instrument pointu utilisé en gravure, en peinture sur émail ... :
15. (Peint. sur émail.) — Les peintres sur émail étendent leurs teintes à l'aide d'aiguilles pointues et se servent d'une grosse aiguille taillée en spatule pour prendre une certaine quantité de leurs couleurs et la déposer à l'endroit où ils veulent exécuter leur travail. Enfin les morceaux de buis à l'aide desquels ils nettoient les travaux boueux et effacent les irrégularités du travail portent aussi le nom d'aiguilles.
J. ADELINE, Lexique des termes d'art, 1884.
c) MÉD., CHIR. Aiguille (creuse) à injection, à ponction; aiguille (pleine) à suture ... :
16. Il vida dans la seringue une ampoule de morphine, découvrit son bras, enfonça l'aiguille et appuya sur le piston, toujours aussi tranquillement qu'il eût exécuté cette piqûre sur un autre.
P. BOURGET, Le Sens de la mort, 1915, p. 77.
d) MINES. Outil à l'usage des mineurs ou des carriers. Aiguille infernale :
17. On arrive à suppléer à l'emploi des explosifs [pour l'abatage des roches] (...) par l'usage de coins perfectionnés auxquels on a donné le nom d'aiguilles infernales, brise-roches, etc...
J.-N. HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Cours d'exploitation des mines, 1905, p. 293.
2. [Élément d'un dispositif]
a) ARMURERIE. Pièce d'un certain type de fusil :
18. C'était un soir, chez l'armurier Costecalde. Tartarin de Tarascon était en train de démontrer à quelques amateurs le maniement du fusil à aiguille, alors dans toute sa nouveauté...
A. DAUDET, Tartarin de Tarascon, 1872, p. 29.
b) CH. DE FER. ,,... portions de rails (mobiles) qui servent à opérer les changements de voie`` (JOSSIER 1881); (cf. aiguillage) :
19. Les appareils qui permettent (...) de s'engager à volonté sur une des deux voies auxquelles ils sont reliés s'appellent changements de voie ou plus simplement (...) des aiguilles.
BRICKA, Cours de chemins de fer, 1894, p. 382.
c) MARINE :
20. Aiguille. Nom que donnent les matelots aux navettes en bois sur lesquelles ils enroulent le fil à voile.
SOÉ-DUP. 1906.
21. Aiguille de fanal, barre de fer coudée au fanal de poupe. Aiguille de carène, pièce de bois qui soutient la mâture mise en carène.
HARTOY 1944.
d) MÉCAN. Cylindres à aiguilles. ,,Cylindre de faible diamètre utilisé comme organe de roulement (roulement à aiguilles).`` (POIGNON 1967) :
22. La désintégration [dans le concasseur Galland] est obtenue par des aiguilles qui brisent les blocs, puis par des cylindres à aiguilles.
P. BRESSON, Manuel du prospecteur, 1923, p. 386.
e) MUS. Aiguille de lecture. ,,Pointe de lecture interchangeable utilisée dans les lecteurs phonographiques pour les disques à 78 tours.`` (PIR. 1964) :
23. Tout de même, c'est le plus vieux disque de la collection, un disque Pathé pour aiguille à saphir.
J.-P. SARTRE, La Nausée, 1938, p. 37.
B.— Objet, être ou organe, à qui son auteur ou la nature a donné une forme en pointe effilée. En aiguille. En forme d'aiguille :
24. Kiki-La-Doucette, bâillant montre ses dents en aiguilles, le velours rose et sec de son palais.
COLETTE, Sept dialogues de bêtes, 1905, p. 61.
1. [Obj. fabriqué ou constr.]
a) ARCHIT. ,,Ce nom s'applique, en général, à toute construction à plan carré ou polygonal et se terminant en pointe au sommet`` (CHABAT t. 1 1875), telle que clocher, flèche, minaret, obélisque, etc. :
25. Vue du haut de la citadelle, Mayence présente seize faîtes vers lesquels se tournent gracieusement les canons de la confédération germanique; les six clochers de la cathédrale, deux beaux beffrois militaires, une aiguille du douzième siècle, quatre clochetons flamands, plus le dôme des Carmes de la rue Cassette répété trois fois, ce qui est beaucoup.
V. HUGO, Le Rhin, 1842, p. 249.
b) MARINE :
26. Aiguille. Canal servant à alimenter une saline en eau de mer.
GRUSS 1952.
27. Aiguille. Petite barque de pêche pointue des deux bouts.
GRUSS 1952.
c) PHYS. NUCL., MÉD. Aiguille de radium. ,,Petit récipient en forme d'aiguille contenant du radium. Il est habituellement en platine iridié ou en alliage d'or et est essentiellement utilisé pour l'insertion dans les tissus vivants.`` (Nucl. 1964).
2. [Être ou organe naturel]
a) BOT. ,,Feuilles en forme d'aiguilles rapprochées deux par deux.`` (Botanique, 1960 [encyclopédie de la Pléiade]). Aiguilles de pins, de sapins ... :
28. Les feuilles ou plutôt les aiguilles de l'épicéa sont d'un vert clair, à quatre angles...
J.-J. BAUDRILLART, Nouveau manuel forestier, trad. de Burgsdorf, 1808, p. 422.
b) GÉOGR. Montagne de forme effilée :
29. ... il siège stérile et nu, à 3 000 mètres d'altitude presque, hérissé d'arêtes vives ou de cassures bossuées, et obstrue un pan entier du firmament. Il ne finit point en aiguille, mais en crête comme un arc rompu, qui semble aiguë parce qu'elle s'inscrit dans l'infini.
J. DE PESQUIDOUX, Le Livre de raison, t. 2, 1928, p. 26.
c) ICHTYOL. ,,Nom spécifique de plusieurs poissons de mer, qui sont allongés et minces comme l'instrument qu'on appelle ainsi. V. Syngnate-aiguille. Aiguille de mer, ou aiguillette, c'est un poisson du genre éxoce V. Bélone.`` (BAUDR. Pêches 1827) :
30. Orphie vulgaire (Belone vulgaris), appelée aussi aiguille de mer, aiguillette (...) Peu recherchée pour la nourriture...
H. COUPIN, Animaux de nos pays, dict. pratique, 1909, p. 217.
d) MÉTÉOROLOGIE :
31. ... la pluie était venue; mais une pluie hostile. Point d'ondées, point d'averses, mais de longues aiguilles, fines, glacées, pénétrantes, aiguës, qui perçaient les vêtements de Gilliatt jusqu'à la peau et la peau jusqu'aux os.
V. HUGO, Les Travailleurs de la mer, 1866, p. 296.
e) MÉD. VÉTÉR. ,,Maladie des faucons causée par de petits vers courts (en forme d'aiguilles, cf. étymol.) qui s'engendrent dans leur chair. Ces vers sont plus petits et plus dangereux que les filandres.`` (BAUDR. Chasses 1834).
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[] ou []. Harrap's 1963, DUB., Pt ROB. et Pt Lar. 1968 transcrivent la 1re syllabe avec [e] fermé. GRÉG. 1923 et GOUG. 1969 transcrivent [] ouvert. PASSY 1914, BARBEAU-RODHE 1930 et WARN. 1968 signalent les 2 possibilités; d'apr. WARN. 1968 le timbre fermé relève du lang. cour., le timbre ouvert du lang. soutenu (cf. aussi FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 66). PASSY 1914 transcrit [] mi-long : et BARBEAU-RODHE 1930 [i:] long. Prononc. du groupe gu + i, selon les cas : a) [] dans ,,aiguille, aiguillon (et leurs dérivés), aiguïté, ambiguïté, contiguïté, exiguïté`` (cf. FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 287); de même dans ,,linguiste, consanguinité, etc.`` (cf. KAMM. 1964, p. 156). Cependant MART. Comment prononce 1913, p. 243 fait la rem. : ,,Aiguille et aiguillon, avec leurs dérivés, sont les derniers mots d'usage courant qui aient conservé la prononciation de l'u (...). Aiguille paraît trop commun pour être altéré facilement (...). Et pourtant aighille n'est déjà pas sans exemple. Quant à aiguillon, il est déjà, hélas! très fréquemment altéré en aighillon, étant moins populaire ou moins général qu'aiguille.`` Ac. t. 1 1932 : ,,Dans ce mot et dans ses dérivés, u se prononce.`` b) [] et plus souvent [gi] dans aiguiser et les mots de la même famille (cf. FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 287). Cf. aussi GRAMMONT Prononc. 1958, p. 86 : ,,Dans aiguiser, gi commence à l'emporter sur gwi.`` Ortho-vert 1966 est plus catégorique : ,,On prononce aujourd'hui comme dans le mot gui, et non plus avec ui comme dans nuit.`` Enq. ://. 2. Dér. et composés : aiguillade, aiguillage, aiguillat, aiguillée, aiguiller, aiguillerie, aiguillette, aiguilleur, aiguilleux, aiguillier, aiguillon, aiguillot. 3. Hist. — FÉR. 1768 transcrit : é-gu-glie et précise que dans la 2e syllabe, longue, ,,l'u se fait sentir``, et que dans la 3e syllabe, brève, on prononce l mouillé (cf. aussi FÉR. Crit. t. 1 1787); Ac. 1798 : ,,pron. Aigùille``; GATTEL 1841 : é-gui-glie (2e syllabe = []) ,,et non pas é-ghi-glie ni é-gu-i-glie``; POIT. 1860 : ,,On pron. ai-gu, ll mouill. Même pron. p. ses dériv.`` La prononc. mod. avec [] et [j] au lieu de l mouillé apparaît dès BESCH. 1845 : é-gui-ie. Mais LITTRÉ recommande encore : ,,è-güi-ll`` avec l mouillé ,,et non pas è-güi-ye``, et il ajoute : ,,Dans le XVIIe s. on prononçait la syllabe gui comme aujourd'hui; Chifflet dit, Gramm. p. 218 : prononcez ui en diphtongue, comme huile``. DG transcrit la 2e syllabe longue : è-``. — Rem. FÉR. Crit. t. 1 1787 réserve une seconde vedette à ce mot ainsi qu'à certains mots de la famille, (empruntés à RICH. t. 1 1680) sous la graph. : éguille, éguilletier, éguillette, éguilloner.
Étymol. ET HIST.
I.— Petite verge de métal dont une extrémité est pointue et l'autre percée d'un trou pour y passer un fil à coudre. 1. 1177 (CHRÉT. DE TROYES, Chev. au Lion, 5416-17, éd. M. Roques : et fil et aguille a ses manches si li vest, et ses braz li cost); d'où les expr. début XIIIe s. de fil en aiguille « en passant d'un sujet à l'autre » (Rose, B.N. 1573, f° 132e ds GDF. Compl. : Li content, de fil en aguelle, Tretout quanque leur apartint); 1561 sur la pointe d'une aiguille « sur des points de détail, pour peu de chose » (CALVIN, Inst., 101, ds LITTRÉ : Rejetons donc ces arguments qui sont fondés sur la pointe d'une aiguille); XVIIe s. [chercher] une aiguille dans une botte de foin « [chercher] une chose difficile à trouver à cause de sa petitesse » (Mme de Sévigné ds Trév. 1752 : La perte de cet Officier a paru ici comme une aiguille dans une botte de foin); 1611 (COTGR., s.v. : Fourni de fil & d'aiguille Readie for any imployment [prêt à n'importe quel emploi]), s'emploie actuellement trans., supra; 1845 passer par le trou d'une aiguille « vouloir faire une chose impossible » (BESCH.) [d'apr. Matth, XIX, 24 : Je vous le dis, il est plus aisé pour un chameau d'entrer par le trou d'une aiguille, que pour un riche d'entrer dans le royaume de Dieu]; 1863 (LITTRÉ : familier et par exagération. C'est un homme timide; on le ferait passer par le trou d'une aiguille); p. ext. 2. 1690 (FUR. : une aiguille de tête est celle qui sert à coiffer les femmes [...] aiguille à tricoter des bas [...] aiguille d'emballeur [...] aiguille d'oculiste, pour ôter les cataractes des yeux [...] aiguille de graveur avec laquelle il dessine sur le vernis [...] une aiguille d'orfèvre, pour enfiler les perles); 1752 (Trév. : aiguille à mèche [...] aiguille à relier [...] aiguilles à selliers, aiguilles à empointer...); 1835 (Ac. : aiguille de chirurgien); 3. 1373 vétér. « petit vers causant la maladie de même nom des faucons » (GACE DE LA BIGNE, Desduitz ds GDF. Compl. : Or est vray qu'aguille ne sont Fors petitz vers que oyseaulx ont, Qui hault en l'eschyne les tiennent Qui de chair pourrye leur viennent); cette maladie, de 1690, FUR. à 1900, DG.
II.— Tige de métal terminée en pointe. 1. 1208 « aiguille aimantée de la boussole », d'où p. méton. « la boussole » (GUIOT, Bible, 647 ds GDF. Compl. : C'on ne voit estoile ne lune, Dont font a l'aguille alumer; Puis n'ont il garde d'esgarer, Contre l'estoile va la pointe...); 1600 « id. » (E. BINET, Merv. de la nat., ibid. : Au cap des Aiguilles les aiguilles et compas demeurent fixes et regardent droitement le nord); 2. a) 1567 « tige de fer sur un cadran gradué » (AMYOT, Périclès, 6 ds HUG. : Les umbres des aguilles es horologes au Soleil); b) 1690 (FUR. : Le fleau d'une balance a aussi une aiguille qui marque la moindre indication de la balance); c) 1845 (BESCH. : Aiguille. Chem. de fer. Pièce de fer placée sur un cadran pour indiquer avec précision le degré de force de la vapeur d'une locomotive); 3. p. ext. 1819 « portions de rails qui servent à opérer les changements de voie sur un chemin de fer » (DUTENS, Mémoires sur les travaux publics, p. 62 ds P. J. WEXLER, La Formation du vocab. des chemins de fer en France [1778-1842], 1955, p. 129, note 10, sans attest.); 1834 « id. » (SURVILLE, Paris-Orléans par Corbeil, 16 v., 1834, A.N. F14 8901, ibid., p. 90 : Des jeux d'aiguilles, ou des plates formes tournantes, seront disposés à portée de chaque embarcadère, et de chaque tourne-hors, pour la manœuvre des convois); 1845 1re attest. lexicogr. (BESCH., s.v. aiguilleur); 4. a) 1845 artill. (BESCH. : Aiguille. Sorte de broche de fer qui sert à confectionner des artifices de guerre); d'où b) 1897 (Nouv. Lar. ill. : Fusil à aiguille, fusil se chargeant par la culasse, et dans lequel l'inflammation de la poudre est déterminée par le choc d'une tige métallique).
III.— Divers obj. terminés en pointe. 1. Fin XIIe s. « flèche pointue d'une église » (Enéas, 6431 ds T.-L. : Une aguille ot amont levee Tote de cuivre sororee); 2. 1332 charpent. « pièce de bois de forme allongée » (Compte de Odart de Laigny, A.N. KK. 3a, f° 182 v° ds GDF. Compl. : Pour .III. aguilles faire au pressouer); d'où a) 1690 mar. (FUR. : Aiguille est aussi en terme de marine, la partie de l'éperon qui est comprise entre les porte-vergues et la goyere); 1690 id. (ibid. : Aiguille se dit aussi d'une estaye ou arboutant fait d'une longue pièce de bois, dont les charpentiers se servent pour appuyer le mast, quand on donne carene au vaisseau); b) 1690 (ibid. :On appelle aiguilles, plusieurs pièces de bois posées à plomb, qui servent à fermer les pertuis des rivières pour arrêter l'eau, et qu'on lève quand les bateaux se présentent au passage); 3. 1505 ichtyol. « poisson qui a la forme d'une aiguille » (Platine de honneste volupté, f° 105 v° ds GDF. Compl. : Les aguilles est ung poisson qu'est a la façon d'une eguille); 4. a) XVIe s. bot., aiguille de berger « sorte d'ombellifère » (O. DE SERRES, 929 ds LITTRÉ : La racine de geranium, autrement ditte esguille de berger). — 1897, Nouv. Lar. ill.; b) 1771 (Trév. :On se sert de ce terme pour donner l'idée, soit d'un pistil, soit d'une semence... longue, menue et qui se termine en pointe); c) 1863 (LITTRÉ : feuilles des arbres résineux); 5. a) 1762 chim. (Ac. : aiguille d'essai ou touchaux : terme de chimie. Alliage d'or ou d'argent sous des proportions différentes); b) 1863 (LITTRÉ : Aiguille [...] En minéralogie, cristaux de forme allongée et déliée; c) 1834 (LAND. : Aiguille électrique lame de métal en forme d'S, qui, placée sur un pivot fixé au conducteur électrique, tourne avec rapidité); 6. 1779-96 « sommet effilé d'une montagne » (H.-B. DE SAUSSURE, Voyages dans les Alpes, d'apr. BRUNOT t. 6, 2, p. 1246).
Du lat. réfection du b.-lat., (diminutif de « aiguille ») d'apr. ., attesté au IVe s., Chiron, au sens de « petite aiguille utilisée par les médecins », au Ve s., Marcellus Empiricus au sens de « aiguille de pin », Cod. Theod. au sens de « ornement de coiffure féminine », TLL s.v. L'a. fr. prononçant aguille avec (-ill n'étant qu'une graphie pour ), on peut supposer que la diphtongue u de , continuateur de acuc(u)la s'est donc réduite à [u] par fusion de avec le suiv., FOUCHÉ t. 2 1958, pp. 286-287; voir aussi Förster ds Z. rom. Philol., 3, 515 et Mussafia ds Romania, 2, pp. 478-479, note 2. La prononciation mod. [] en cours à partir du XVIe s., est prob. due à une mauvaise interprétation de l'orth., bien qu'il s'agisse d'un terme d'usage courant et domestique, FOUCHÉ, op. cit., 772, Förster, loc. cit. La graphie ai- succédant à a- est due à une réfection de en sur le modèle de ayguydzare, aiguiser, FOUCHÉ, op. cit., p. 434.
L'explication phon. de Fouché rend caduque l'hyp. de Nigra ds Romania, 31, pp. 499-501 qui suppose l'étymon lat. aquilia (lat. class. aculeus « aiguillon ») pour rendre compte du -ui-.
STAT. — Fréq. abs. litt. :1 469. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 1 499, b) 2 349; XXe s. : a) 2 516, b) 2 190.
BBG. — Ac. Gastr. 1962. — ALLEAU 1964. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BARB.-CAD. 1963. — BAUDR. Pêches 1827. — BAULIG 1956. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — Bible Suppl. t. 1 1928. — BOISS.8. — BRÉZ. 1969. — BRÉZ. Pierre 1968. — BRUANT 1901. — Canada 1930. — CHABAT t. 1 1875. — Chauss. 1969. — CHESN. 1857. — Comm. t. 1 1837. — Cost. 1899. — DAINV. 1964. — DAIRE 1759. — DELORME 1962. — Divin. 1964. — ESN. 1966. — ESN. Poilu 1919. — FOERSTER (W.). Beiträge zur romanischen Lautlehre. Z. rom. Philol. 1879, t. 3, p. 515. — FROMH.-KING 1968. — GALIANA Déc. sc. 1968. — GAUTRAT 1970. — GAY t. 1 1967 [1887]. — Géogr. t. 2 1966. — GILLIÉRON (J.), EDMONT (E.). Atlas linguistique de la France. Paris, 1903-1910, p. 317 [Cr. DAUZAT (A.). Romania. 1900, t. 29, p. 317; Romania. 1902, t. 31, p. 470]. — GRAND. 1962. — GRUSS 1952. — HARTOY 1944. — JAL 1848. — JOSSIER 1881. — KEMNA 1901, p. 62. — LABORDE 1872. — LACR. 1963. — Lar. comm. 1930. — Lar. méd. 1970. — Lar. mén. 1926. — LARCH. 1880. — LA RUE 1954. — LASNET 1970. — LAVEDAN 1964. — LE CLÈRE 1960. — LELOIR 1961. — LE ROUX 1752. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — MARCEL 1938. — MICHEL 1856. — MONT. 1967. — Nucl. 1964. — NYSTEN 1814-20. — PIL. 1969. — PIR. 1964. — PLAIS.-CAILL. 1958. — POIGNON 1967. — POLLET 1970. — POPE 1961 [1952], § 407, 514, 515, 725. — RIGAUD (A.). Le Chameau et l'aiguille. Vie Lang. 1970, n° 214, pp. 58-59. — ROG. 1965, pp. 82-83. — SANDRY-CARR. Drogue 1963. — SCKOMMODAU (H.). Sens dessus dessous, sens devant derrière bei Balzac und Rabelais. Z. rom. Philol. 1968, t. 84, n° 1/2, p. 55. — SIZ. 1968. — SOÉ-DUP. 1906. — ST-EDME t. 1 1824. — TIMM. 1892. — TONDR.-VILL. 1968. — VIOLLET 1875. — WEXLER (P. J.). La Formation du vocabulaire des chemins de fer en France (1778-1842). Genève-Lille, 1955, pp. 128-129. — WILL. 1831.

aiguille [egɥij] n. f.
ÉTYM. XVe; aguille, 1177; du bas lat. acucula, dimin. du lat. class. acus, cf. provençal agulha. → Aigu.
———
I
1 Petite tige d'acier, pointue à une extrémité (pointe) et percée à l'autre (tête) d'un trou (œil ou chas) où peut passer le fil pour coudre. || Fabrication des aiguilles (→ ci-dessous). || Aiguille à coudre, à broder, à repriser, à tapisserie. || Aiguille droite, courbe. || Aiguille de machine à coudre. || Aiguille d'emballeur, de bourrelier, de relieur, de voilier… Carrelet.Travail à l'aiguille. || Point à l'aiguille.Enfiler, désenfiler, manier, tenir une aiguille. || Pousser l'aiguille avec un dé, une paumelle. || Tirer l'aiguille. Coudre. || Étui à aiguilles. Aiguillier, porte-aiguilles. || Ficher des aiguilles sur une pelote.Collectivt. || Tenir, manier l'aiguille : faire des travaux de couture (ci-dessous, cit. 2, 5).
1 (…) un dé, du fil et des aiguilles,
Dont elles travaillaient au trousseau de leurs filles.
Molière, les Femmes savantes, II, 7.
2 L'aiguille et l'épée ne sauraient être maniées par les mêmes mains.
Rousseau, Émile, III.
3 (…) elle chantait à demi-voix, tout en poussant son aiguille.
Flaubert, Mme Bovary, I, VI.
3.1 La première semaine de janvier fut consacrée à la confection du linge nécessaire à la colonie. Les aiguilles trouvées dans la caisse fonctionnèrent entre des doigts vigoureux, sinon délicats, et on peut affirmer que ce qui fut cousu le fut solidement.
J. Verne, l'Île mystérieuse, t. I, p. 400.
4 Les petites mains brunes faisaient courir l'aiguille à travers le linon.
France, Les dieux ont soif, p. 26.
5 (Le prêtre) faisait du ravaudage pour épargner de la peine à sa vieille servante et par un goût de manier l'aiguille.
France, le Mannequin d'osier, p. 255.
6 L'aiguille de la couturière picore comme une poule minutieuse.
J. Renard, Journal, juin 1896, p. 229.
7 Suzanne mouilla le fil entre ses lèvres, prit l'aiguille et l'enfila.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, VII, 19.
8 Même Cécile, en son jeune âge, savait tenir une aiguille.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, VII, 19.
9 Madame Raymond Pasquier portait toujours une dizaine d'aiguilles piquées dans le tissu de son corsage.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, VII, 19.
9.1 (…) l'un de ces objets (des faux seins) a été criblé de multiples aiguilles de diverses grosseurs, pour montrer que l'on peut s'en servir aussi comme pelote à épingle.
A. Robbe-Grillet, Projet pour une révolution à New York, p. 54.
Fabrication des aiguilles : façonnage, calibrage du fil d'acier, découpage, dressage, empointage, blanchissage, estampage, perçage du chas, cassage, trempe, meulage, polissage, triage (ou tallage), bronzage de la tête, drillage du chas.
2 (1690). || Aiguille à tricoter ou aiguille : tige de métal ou de matière plastique (autrefois aussi de bois, d'os), soit empointée aux deux extrémités, soit à pointe et à tête. Broche.(Collectif). || Dentelle à l'aiguille. Crochet.
10 (…) la chère aveugle a tellement l'habitude des longues aiguilles qu'elle tricote aussi bien que du temps de ses yeux.
Alphonse Daudet, le Petit Chose, II, 16.
10.1 Il s'était assis et regardait avec un air de dédain le tricot gris en grosse laine qu'elles confectionnaient vivement au moyen de longues aiguilles en bois.
Maupassant, Fort comme la mort, éd. 1889, p. 123.
Aiguille à passer. Passe-lacet.Aiguille à piquer un dessin. Piquoir.
3 (Domaine médical). || Aiguilles hypodermiques : aiguilles tubulées que l'on ajuste à l'extrémité des seringues à injection. || Aiguille à suture avec porte-aiguille, pour recoudre les lèvres d'une plaie. || Aiguille à vaccin. || Aiguilles spéciales. Acupuncture, électropuncture (ou galvanopuncture), ignipuncture. || Aiguilles d'acupuncture (fines, triangulaires, intradermiques).
10.2 Une seringue à injections hypodermiques dont il tient dans la main gauche le corps cylindrique gradué, terminé par une fine aiguille creuse, la pointe dirigée vers le haut.
A. Robbe-Grillet, Projet pour une révolution à New York, p. 89.
tableau Lexique de la chirurgie.
4 Techn. (cuis.). || Aiguille à larder, qui sert à larder ou à piquer la viande. Lardoire. || Aiguille à brider, à piquer.
tableau Noms d'outils.
5 Loc. fig. (de aiguille, 1.). De fil en aiguille : en passant d'une chose à une autre.
11 De propos en propos, et de fil en aiguille,
Se laissant emporter au flux de ses discours.
Mathurin Régnier, Satires, XIII.
12 Et, pour conter tout de fil en aiguille (…)
La Fontaine, Aveux, in Littré.
Disputer sur la pointe d'une aiguille, (vx) sur des pointes d'aiguille : élever une contestation sur une subtilité, une vétille.
Chercher une aiguille dans une botte de foin, dans une meule de foin, (vieilli) dans la rivière : chercher une chose difficile ou impossible à trouver.
13 (…) l'art ayant été pour moi ce qu'est une aiguille dans une meule de foin.
Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, p. 10.
13.1 (…) et soudainement Montmartre lui apparaît plus vaste encore qu'il ne l'a laissé entendre à Hans, puis seconde évidence, la recherche qu'il a accepté d'entreprendre, lui semble fort s'apparenter à celle d'une aiguille dans une botte de foin.
Albert Simonin, Hotu soit qui mal y pense, p. 55.
Vieilli. On le ferait passer par le trou d'une aiguille, se dit d'un homme très timide ou poltron.
(Par allusion à l'Évangile, cit. 14 ci-dessous). Vouloir faire passer un chameau par le trou d'une aiguille : vouloir réaliser une chose impossible.
14 Je vous le dis, il est plus aisé pour un chameau d'entrer par le trou d'une aiguille, que pour un riche d'entrer dans le royaume de Dieu.
Bible, Évangile selon saint Matthieu, XIX, 24.
REM. La traduction donne lieu à controverses; on a interprété autrement par « câble ».
6 Tige ou lame métallique terminée en pointe et servant à indiquer qqch. (mais ne servant pas à percer).(1567). || Les aiguilles d'une horloge, d'une pendule, d'une montre, petites tiges qui tournent sur le cadran de manière à indiquer l'heure (petite aiguille), et la division de l'heure (grande aiguille). → Allumer, cit. 0.1. — ☑ Loc. Dans le sens des aiguilles d'une montre (cit. 5). || Aiguille de cadran solaire. Style.(1208). || Aiguille aimantée (d'une boussole) : lame d'acier qui tourne sur un pivot et dont une extrémité se dirige vers le nord. || Aiguilles astatiques du galvanomètre. || Aiguille d'un appareil enregistreur (baromètre, altimètre, etc.).(1690). || L'aiguille d'une balance. Index.Aiguille de paratonnerre : tige métallique effilée par laquelle s'écoule l'électricité de la foudre.
14.1 Altimètre : 1 850; mais je savais ce qu'il faut penser de la précision des altimètres. 1 600 déjà; l'aiguille gigotait comme le cadran de la boussole tout à l'heure.
Malraux, Antimémoires, Folio, p. 97-98.
14.2 (…) l'horloge pneumatique du carrefour indiquant neuf heures du soir, puis la grande aiguille sautant brusquement à neuf heures deux, ce qui le fit, dit-il, comme se réveiller, prenant conscience du temps qui s'était écoulé depuis qu'il était là (…)
Claude Simon, le Palace, p. 42.
(1880). Anciennt. || Aiguille de gramophone, de phonographe, de phono (remplacée par le saphir). — ☑ Loc. fig. Fam. Être vacciné avec une aiguille de phono : être très bavard.
14.3 J'avais trouvé un gramophone dans le village abandonné. Garnéro, qui était bricoleur, en avait changé le ressort pour faire durer son action plus longtemps sans avoir besoin de le remonter et placé un dispositif ingénieux, je crois une simple vis d'Archimède, contre lequel l'aiguille venait buter à fin de course et reprenait automatiquement sa position première pour une deuxième, une troisième audition.
B. Cendrars, la Main coupée, in Œ. compl., t. X, p. 111.
7 (1866). || Aiguille de fusil (remplacée par le percuteur), qui produisait la déflagration. || Fusil à aiguille.
8 (1819). Techn. (ch. de fer). Portion de rails mobiles, articulée en un point fixe, dont le déplacement, opéré par un levier à main ou par commandes électriques, permet de faire passer le matériel roulant d'une voie ferrée sur une autre. Aiguillage (plus courant).
9 Instrument d'acier au bout duquel on manie l'opium pour en faire une boule, avant de le fumer.
10 Phys. Élément cylindrique allongé, de très petit diamètre, contenant un combustible nucléaire. || Aiguille de radium, d'uranium.
11 En aiguille : très pointu.Par compar. || Comme une aiguille : effilé, aigu.
———
II Par anal.
1 (1863, Littré; autres sens en bot., 1771). Bot. Feuille aciculaire (de certains conifères). || Des aiguilles de pin, de sapin.
15 (…) des sentiers inégaux tout glissants d'aiguilles sèches.
Alphonse Daudet, Sapho, VI.
15.1 Au bord de la mer, il y a toujours ces arbres un peu maigres, brûlés par le sel et par le soleil, au feuillage fait de milliers de petites aiguilles gris-bleu.
J.-M. G. Le Clézio, Désert, p. 134.
2 (1505, « poisson effilé »). Nom usuel de plusieurs coquilles pointues (turritelle, cérite, etc.) et de plusieurs poissons très allongés comme l'orphie ( Aiguillette, 6.) ou bécassine de mer. || Aiguille de mer : le syngnathe.
3 a Appendice pointu. Aiguillon, épine. || Les acanthoptérygiens ont leurs nageoires munies d'aiguilles.
b (1863, Littré). Biol. et minéralogie. Cristaux aciculaires.Cour. || De fines aiguilles de glace.
4 (V. 1790, Saussure). Géogr., cour. Sommet de montagne en pointe aiguë. || L'aiguille du Pic du Midi. Bec, dent, pic, piton.
Géol. Roche pointue.
16 (…) une roche (…) déchiquetée, creusée de grottes, avec des arcs, des aiguilles et des escarpements pareils à ceux des falaises marines.
Gide, Si le grain ne meurt, I, 2.
5 (Fin XIIe). Monument, partie de monument terminé en pointe au sommet. || Aiguille de clocher. Flèche.(1588). Vx. || L'aiguille de Louksor. Obélisque, pyramide.
17 Médine aux mille tours, d'aiguilles hérissée,
Avec ses flèches d'or, ses kiosques brillants,
Est comme un bataillon arrêté dans les plaines (…)
Hugo, Ballade, XV.
6 Appos. || Talon aiguille : talon de chaussure de femme, de forme très effilée.
18 En fait Salomé, bien reconnaissable au piquetage de ses talons aiguilles, est rentrée à six heures (…)
Hervé Bazin, Cri de la chouette, p. 121.
Var., rare : talon en aiguille.
19 (…) des pieds menus, montés sur de hauts talons en aiguille (…)
A. Robbe-Grillet, la Maison de rendez-vous, p. 47.
DÉR. Aiguillée, aiguiller, aiguillerie, aiguillette, aiguillier, aiguillot.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • aiguille — AIGUILLE. s. f. (Pron. Aigùille.) Petite verge de fer, ou d autre métal, pointue par un bout, et percée par l autre, pour y passer du fil, de la soie, de la laine, et dont on se sert pour coudre, pour broder, pour faire de la tapisserie, etc.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • aiguille — AIGUILLE. s. f. Petite verge de fer percée à un bout, par où l on passe un fil, & dont on se sert pour coudre, pour broder. La pointe d une aiguille. le cul d une aiguille. C est l endroit où elle est percée. Fines aiguilles. un point d aiguille …   Dictionnaire de l'Académie française

  • aiguillé — aiguillé, ée (è güi llé, llée ll mouillées) part. passé. Le cristallin ayant été aiguillé. SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE    AIGUILLÉ, ÉE. Ajoutez : 2°   En forme d aiguille. •   Une série de nuages composés de petits cristaux prismatiques aiguillés …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Aiguille —   [ɛ gɥij, französisch »Nadel«], im französischen Sprachgebiet der Alpen ein steiler, nadelförmig zugespitzter Berggipfel, besonders im Montblancgebiet; z. B. Aiguille Verte, 4 122 m über dem Meeresspiegel und Aiguille du Midi.   …   Universal-Lexikon

  • Aiguille — Ai guille , n. [F., a needle. See {Aglet}.] 1. A needle shaped peak. [1913 Webster] 2. An instrument for boring holes, used in blasting. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Aiguille — (fr., spr. Ägillj), 1) Nadel; daher aiguilliren, den Staar stechen; 2) Bergspitze; so A. du Geant, A. du Midi etc., s. u. Montblanc …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Aiguille — (franz., spr. ägwīj , »Nadel«), Bezeichnung von Berggipfeln in den Westalpen, insbes. der zackigen, pyramidalen Spitzen in der Montblancgruppe, darunter die A. verte (4127 m), A. du Géant (4010 m), A. d Argentiere (3901 m) etc. Den Namen… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Aiguille — (frz., spr. ägüíj, d.i. Nadel), im franz. Sprachgebiet ein scharf zugespitzter Alpengipfel …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Aiguille — (spr. Aeguill) frz., Nadel; Bergspitze …   Herders Conversations-Lexikon

  • aiguille — Aiguille, f. penac. Vient de Acus Latin, par la mesme raison qu est notée en Aiguiere, et signifie cest instrument de fer ou d acier, duquel on se sert à coudre, auquel le François trocque la consonante c, qui est tenve, en sa moyenne, qui est g …   Thresor de la langue françoyse


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.